Le jardin de Claude Monet

Les jardins de Monet sont divisés en deux parties, un jardin de fleurs devant la maison, qu'on appelle le Clos Normand, et un jardin d'eau d'inspiration japonaise de l'autre côté de la route. Les deux parties du jardin de Monet s'opposent et se complètent. Quand Monet et sa famille s'installent à Giverny en 1883, le terrain qui descend de la maison jusqu'à la route est planté d'un verger et entouré de hauts murs de pierre.Une allée centrale ombragée par des sapins le traverse.Monet fera abattre les pins, ne conservant que les deux ifs les plus près de la maison, à la demande d'Alice. Ce Clos Normand d'environ un hectare, Monet le transforme en un jardin riche en perspectives, en symétries et en couleurs. Le terrain se découpe en plates-bandes où les massifs de fleurs de différentes hauteurs créent les volumes. Les arbres fruitiers ou d'ornement dominent les rosiers grimpants, les tiges élancées des roses trémières et les masses colorées des annuelles. Monet mêle les fleurs les plus simples (pâquerettes et coquelicots) aux variétés les plus recherchées.L'allée centrale se couvre d'arceaux sur lesquels poussent des rosiers grimpants. En écho, d'autres rosiers couvrent les balustrades qui longent la maison. A la fin de l'été des capucines envahissent le sol de l'allée centrale.Claude Monet n'aime pas les jardins organisés ou contraints. Il allie les fleurs en fonction de leurs couleurs et les laisse pousser assez librement.Au fil des années, il se passionne pour la botanique, il échange des plants avec ses amis Clémenceau ou Caillebotte. Toujours à l'affût de variétés rares, il fait venir à grand frais des bulbes ou des jeunes pousses. "Tout mon argent passe dans mon jardin" confie-t-il. Mais aussi : "je suis dans le ravissement."


Posts à l'affiche

Posts Récents

Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Instagram Social Icon
  • Facebook Basic Square